un bruit de grelot…

Pour que les choses soient claires…

16.10.2012 (1:50 pm) – Filed under: Archives

En attendant la publication d’une analyse plus approfondie, voici juste une petite mise au point…

—–

POUR QUE LES CHOSES SOIENT CLAIRES…

Il est vrai que je passe un temps certain à critiquer les milieux militants, notamment pour leurs fonctionnements. Il est vrai que je suis lasse des réflexes et alter-normes qui s’expriment dans ces milieux… Il est vrai que ces critiques et lassitudes sont en partie responsables du fait que je me retire petit à petit, et depuis quelques temps, de ces milieux.

Mais pour être bien claire : la raison principale pour laquelle je ne milite presque plus (notamment dans les sphères féministes), c’est surtout et avant tout parce que j’en ai ras-le-bol d’encaisser et de gérer la transmisogynie et le cissexisme de mes congénères… C’est parce que j’en ai marre de n’avoir presque aucun endroit (autre que mon “foyer”) pour pouvoir souffler, m’apaiser et baisser ma garde. Parce que quand vous, féministes cis, vous ressourcez et vous apaisez grâce à une réunion/rencontre non-mixte meufs, moi je continue à faire face à des tas de merde de votre part. Si je ne fais presque plus d’action féministe (”action”, dans un sens très “militant classique” : manif, tag, collage, occupations, etc.), c’est surtout parce que j’en ai marre d’être (souvent) la bouffonne toute seule dans un coin dès qu’il y a un contrôle d’identité ou une gav… J’en ai ras-le-bol de mettre en retrait mes combats contre le cissexisme et la transmisogynie sous prétexte d’unité féministe. J’en ai marre de devoir m’allier à des meufs qui me trashent la gueule, sous prétexte d’unité féministe. J’en ai marre d’encaisser des propos et attitudes transmisogynes et cissexistes et de m’auto-convaincre qu’il s’agit “d’embrouilles inter-individuelles” parce que je ne voudrais surtout pas risquer d’affaiblir des dynamiques féministes émergentes… J’en ai marre d’encaisser vos “dérapages” en m’abstenant de les relever. J’en ai marre de gérer votre merde à votre place, sous prétexte que vous n’êtes pas foutues de vous documenter et de vous remettre en question. Ce n’est pas à moi d’encaisser, de gérer et de mettre en retrait. C’est à vous de vous secouer la couenne si vous voulez vraiment qu’il puisse exister une “unité” féministe, ou une réelle “solidarité féministe”.

En bref, même si par ailleurs les milieux militants me gavent pour des tas de raisons qui n’ont rien à voir avec tout ça, c’est le cissexisme et la transmisogynie de mes supposéEs “camarades” qui sont avant tout à l’origine de mon retrait progressif du militantisme… Que ce soit bien clair…

Et je ne dis pas non plus que votre féminisme est intrinsèquement pourri, ni que vos actions sont dénuées de sens, ni que je suis une pauvre victime plus-opprimée-que-moi-tu-meurs… Je dis simplement que plus le temps passe, plus je m’aperçois que je n’ai vraiment pas grand chose à faire avec vous… Alors ne prenez pas cet air déçu quand je vous dis que je ne serais pas présente à la prochaine réu…

SH (octobre 2012).

—–
PS : je m’attarde ici sur le féminisme, mais c’est uniquement parce que c’est principalement cette forme de militantisme qui m’habite depuis quelques années… En l’occurrence, toutes ces critiques peuvent très bien être transposées à tout mouvement militant (bien que, selon les cas, il existe quelques spécificités à ne pas négliger).
—–
PS 2 : je ne dis pas non plus qu’il existe un “féminisme cis” monolithique et homogène. Je choisi juste de m’attarder sur cette qualification/classification, car elle est pertinente pour analyser la situation dont je veux parler ici.

Comments are closed.